icone office de tourisme france

Bar-sur-Aube, ville médiévale

Le Circuit de la Paume ...

Cliquez sur la paume ci-dessous et ouvrez le guide de visite... 

Circuit touristique du vieux Bar-sur-Aube

Flâner dans ces rues pittoresques est un vrai plaisir, venez découvrir le Bar-sur-Aube médiéval en suivant le « Circuit de la Paume ».

De manière ludique et dépaysante, pour petits et grands, suivez cette main, emblème qui a de tout temps interrogé les visiteurs : une enseigne représentant une main située rue du Poids à l’angle de la rue de la Paume, lieu stratégique au temps des Foires de Champagne au Moyen Age. Véritable mise en valeur du patrimoine architectural et historique de la cité.

 Dix stations pavées, numérotées de 1 à 10 jalonneront le parcours, indiquant les étapes à visiter ou à voir, en partant de l’Hôtel de Ville, la rue d’Aube, les Chevillottes, les rives de l’Aube, le quartier Saint Maclou avec la sous-préfecture, l’ancien collège et le quartier de la Paume. Pour reprendre ensuite la rue Nicolas Bourbon, remonter rue Nationale avant de bifurquer par le Corps de Garde, passer devant le petit Clairvaux et de découvrir le quartier Saint Pierre.

Son histoire

Bar-sur-Aube, sous-préfecture située au coeur du vignoble de la Côte des Bar (AOC Champagne) existait à l'époque celtique. Ce fut ensuite une étape importante sur la célèbre voie Agrippa gallo-romaine, sous le nom de Segessera. Au 5ème siècle, Sainte Germaine en devint la patronne, la légende dit qu'elle fut martyrisée par les Vandales.

A la fin du 11ème siècle, après la mort du dernier comte de Bar, la ville passa au comté de Champagne, puis deux siècles plus tard à la Couronne de France par le mariage de Jeanne de Valois avec Philippe le Bel.

Au Moyen Âge, Bar-sur-Aube fut l'une des quatre villes des Foires de Champagne. Les marchands européens s'y retrouvaient chaque année. L'abbaye voisine de Clairvaux, sous l'influence de saint Bernard, était alors le centre politique et religieux de l'Europe chrétienne.

Bar-sur-Aube et son canton ont conservé les activités traditionnelles qui ont fait la réputation du Pays de Bar-sur-Aube: forges, industries du bois et du chanvre, cristallerie.

A voir à Bar-sur-Aube

  • L'Eglise Saint Pierre (12ème siècle), son halloy, son immense clocher et sesportails romans. A l'intérieur : l'orgue de Lété, l'autel de l'ancienne abbaye de Clairvaux, plusieurs statues de l'Ecole troyenne du 16ème siècle dont une Vierge au bouquet polychrome, un magnifique retable de Bouchardon et une cinquantaine de pierres tombales.
  • L'Hôtel de Ville, ancien couvent des Ursulines (1634) et sa nouvelle place en damiers.
  • La Médiathèque A.Gabriel, installée dans l'Hôtel de Brienne. Belle façade 17ème siècle sur jardin et jolie cour Renaissance côté halles.
  • L'Eglise Saint Maclou, ancienne chapelle du château des comtes de Champagne dont il reste le donjon (12ème siècle) devenu clocher. Une belle façade classique a été ajoutée au 18ème siècle.

Se promener dans Bar-sur-Aube

  • La vieille ville

Le tracé des rues est celui du Moyen Age lorsque Bar-sur-Aube accueillait chaque année l’une des célèbres Foires de Champagne. On peut découvrir des maisons anciennes à colombages, de vieilles granges, de beaux hôtels particuliers et quelques vestiges monastiques et la chapelle de l’ordre de Saint Jean.

  • Les boulevards et les bords de l’Aube

Les boulevards ceinturent la vieille ville en longeant la petite rivière canalisée (la Dhuys) qui alimentait les douves des anciennes fortifications de la cité. On compte plus de 70 ponts desservant les jardins des riverains. Au sud, la promenade longe la rivière et son plus beau plan d’eau, ses trois moulins et ses deux mails (Mathaux et Chevillottes).

  • La colline Sainte Germaine

On y accède à pied ou en voiture et on aboutit à une chapelle de pèlerinages élevée pour Germaine, vierge martyrisée à cet emplacement par les Vandales en 407. Après cette chapelle, on parvient à une table d’orientation : échappées sur Bar-sur-Aube, Colombey-les-deux-Eglises et sa croix de Lorraine, les forêts des Dhuits et de Clairvaux, et les coteaux plantés de vignes des collines voisines.